logo chaabi

Ecrire une Dedicace                           Radio Chaabi Dialna                           Google+
Dedicaces:


Chaabi Dialna

La Musique Populaire Algérienne

La musique Algérienne est faite d'une extraordinaire diversité de styles et de répertoires.
L'Asri ou la musique moderne, le Charqi ou la chanson de variétés d'inspiration orientale, le Chaâbi ou la musique citadine, l'Andalou et ses Noubats, le chant Bedouin, l'Achwwiq kabyle, l'Ahellil de Timimoun, le Tindé de l'Ahaggar, sans parler du Rai oranais qui a déferlé sur l'Algérie, et sur le monde dans les années 90, constituent quelques uns des genres de musique pratiqués collectivement ou en soliste, chez nous.


Historique de la musique populaire algerienne : Le Chaâbi

La musique en Algérie est un immense répertoire, conservé jalousement par des hommes qui ont veillé à sa transmission depuis des générations.
Certains qualifient la musique populaire de primitive, bonne pour le musée. Cette façon n'a qu'un but : pousser le peuple à s'éloigner de ses racines, et se dépouiller du sentiment de ses origines, en devenant plus facilement perméable à l'influence étrangère.
C'est dans les fins fonds des venelles de la Casbah, vieille cité d'Alger que la vie artistique algéroise prenait son véritable essor.
En ce début de siècle, les artistes n'étaientpas légion, mais paradoxalement ils ne manquaient ni d'imagination, ni de créativité.
Du théâtre à la musique, en passant par la littérature, les algériens encore sous occupation coloniale, prenaient conscience de la nécessité d'une vie culturelle.
Dans le domaine musical, deux grands genres se taillaient la parts du lion.
La çannaa qu'on appelle aujourd'hui musique classique ou andalouse, et le Moghrabi. Ce dernier puisait surtout dans le patrimoine populaire. Des noms comme CHEIKH NADOR, DERWICHE, SAID EL HASSAR, trônaient sans partage, pour animer les fêtes familiales, et les veillées dans les "mahchachates".
La relève ne tardera pas à apparaître, en la personne de LAHLOU MOHAND IDIR surnommé EL ANKA.
Son génie, et sa clairvoyance, ont fait de lui un chef de file, un créateur de genre, et un initiateur d'une nouvelle école.
C'est ainsi que le Moghrabi devient le CHAÂBI.

Mahfoud Zalouk







Newsletter:

Votre adresse email :
s'abonner
se désabonner


Blog Chaabi Dialna
Plan du site